Le Roman d'une Princesse

Publié le par Marie

Le Roman d'une Princesse

☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Qui dit Meg Cabot dit... bouquin en or.

Aujourd'hui je vous parle d'un tome annexe de la série Le Journal d'une princesse, puisqu'il s'agit d'un roman écrit par l'héroïne elle-même, Mia Thermopolis.

Je pense en avoir assez dit sur la grande autrice qu'est Meg Cabot, alors rentrons tout de suite dans le vif du sujet.

Le Roman d'une princesse est un ouvrage paru en janvier 2009 sous la plume de Mia (aidée, bien évidemment, de Meg Cabot) et traduit de l'anglais par Alice Delarbre. Il retrace une partie de la trépidante vie de Finnula Crais, jeune jouvencelle qui maîtrise bien mieux l'arc et les flèches que les rubans et fanfreluches. Entourée de ses quatre sœurs et de son frère Robert, Finn la Fière mène une vie paisible dans le moulin familial, à chasser le gibier du roi ou boire de la bière faite maison. Seulement un jour, elle croise la route de Hugo Fitzstephen, fils cadet du comte de Stephensgate, et son cœur vacille...

Évidemment, j'ai beaucoup apprécié le style ce roman: la façon dont sont tournées les phrases, l'enchainement des événements, le caractère des personnages, etc. Beaucoup de choses me font penser à la vie de Mia (son chat s'appelle Fat Louis, le chien de Finn se nomme Gros Louis, par exemple). L'héroïne même me fait penser à Mia, dans son caractère et sa façon de voir les choses.

Même si le roman se déroule au moyen-âge, le lecteur est très bien immergé dans cette vie féodale. Je n'ai trouvé aucun mot compliqué, ni même d’anachronisme. Mia a parfaitement réussi son premier roman!

Je n'ai finalement pas grand chose à ajouter. Comme la plupart des romans de Meg Cabot, je suis fan. C'est une lecture fluide, détente, drôle.

Ce que j'apprécie le plus c'est que, en tant que lecteur, on assiste à la rencontre entre chaque personnages, on est témoin des liens qui se créent ou qui se brisent. Je trouve que c'est particulièrement le cas dans les romans de Meg Cabot. Pour une fois, la plume est à la troisième personne. Le narrateur est externe, voire presque omniscient parfois. Le lecteur sait des choses que les personnages ne savent pas, et j'apprécie beaucoup le fait qu'il soit aussi impliqué dans l'histoire.

Enfin bref, je m'égare légèrement. Je recommande à 1000% ce roman, considéré comme de la littérature jeunesse mais qui, je pense, s'apparente plus à de la littérature pour jeune adulte.

A lire absolument si, comme moi, vous adorez Mia Thermopolis!

Passionbouquin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article